Rockoleta La vie en mode Rock

Portrait de Robert Plant

1 novembre 2017 | Culture | Permalink

Robert Anthony Plant est né le 20 août 1948 à West Brommiwh, près de Birmingham, Angleterre. Il a grandi dans une famille assez aisée, mais cela ne l’a pas empêché de quitter l’école pour se consacrer au blues, alors qu’il n’avait que 15 ans.

La naissance de Led Zeppelin

Robert Plant a fait ses débuts dans des petites formations avant de devenir en 1968, le chanteur du groupe Led Zeppelin, avec Jimmy Page comme guitariste, John Paul Jones comme bassiste et John Bonham comme batteur, qu’il a croisé lors de ses performances sur la scène du blues britannique.

Une grande voix du rock : la carrière solo de Robert Plant

Après la mort de son grand ami John Bonham, en 1980, Robert Plant n’envisage pas de continuer avec le groupe et décide de continuer sa route seul. Il décide de sortir un premier album solo, en 1982, « Pictures at eleven ». Ce sont de nouvelles personnes qui l’accompagnent pour sa carrière : Phil Collins et Cozy Powell comme batteurs, Robbie Blunt comme guitariste. Ce premier album a du succès et est très vite suivi d’un second un an plus tard « The Principle of Moments ».

Une trilogie qui fait sensation

En 1988, Robert Plant et le compositeur Phil Johnston décident de collaborer et de sortir trois albums qui ont été excellents : « Now and Zen » en 1988, « Manic Nirvana » en mars 1990 et « Fate of Nations » en mars 1993. Cette grande voix du rock a vu ont vu la participation de Jimmy Page sur certains titres des trois albums.

Le retour de Led Zeppelin

En juillet 1985, pour une reformation d’un soir de Led Zeppelin, les trois membres du groupe sont rejoints par Phil Collins pour un concert, qui n’a pas fait l’unanimité. Cette année a d’ailleurs été mauvaise pour le chanteur. En 1988, à l’occasion du 40ème anniversaire d’Atlantic Records, Robert Plant et Jimmy Page se retrouvent à nouveau ensemble sur scène pour une reformation de Led Zeppelin d’un soir, avec cette Jason Bonham, le fils de John Bonham à la batterie.

En 1994, les deux compères, Page et Plant décident de sortir un album « No quarter : Jimmy Page and Robert Plant Unledded ». Cet album est composé de reprises du groupe qu’ils avaient formé au début. Ce duo prendra fin en 2000.

De groupes en groupes

En 2000, il crée un groupe de reprise Priory of Brion, avec le guitariste Kevyn Gammond, qu’il avait connu avant de rejoindre le groupe Led Zeppelin. En 2001, il s’entoure de nouveaux musiciens pour former Robert Plant and The Strange Sensation, avec qui il enregistre un album « Dreamland » en 2002 et un second « Rearranger » en 2005.

En 2010, Robert Plant revient avec un nouvel album « Band of Joy ». Il partira en tournée avec un nouveau groupe qui prend le nom de l’album, nom qu’il a déjà rencontré en 1967 dans une formation où il a rencontré son ami John Bonham.

Hommage à Chuck Berry

9 octobre 2017 | Culture | Permalink

Le 18 mars 2017, Chuck Berry, guitariste et chanteur américain a tiré sa révérence à l’âge de 90 ans. C’est le monde du rock qui a perdu son père fondateur ce jour là et c’était avec grande tristesse que sa famille du Rock n’Roll lui a dit adieu. Pour lui rendre hommage, rappelons-nous qui était cet homme.

« Crazy legs », le pionnier du rock

Charles Edward Anderson Berry, que l’on connait sous le nom de Chuck Berry, est né Saint-Louis dans le Missouri le 18 octobre 1926. Chuck Berry est reconnue comme étant une légende du rock, puisqu’il a dessiné les contours du rock et en a été le créateur universel. Il a développé le « ryhtm and blues » pour en faire le rock n’roll que nous connaissons aujourd’hui. Son jeu de jambes légendaire et inégalable lui a valu le surnom de « Crazy legs » ou jambes folles, notamment sa fameuse « duck walk ».

Le rock et la guitare

Si le piano a été longtemps l’instrument principal dans le monde de la musique, Chuck Berry y a apporté sa touche personnelle : la guitare, qui devient alors le roi de la scène. C’est son jeu de cordes et son énergie sur scène qui construiront petit à petit la légende qu’il est devenu. Mais c’est aussi son envie et son désir de ne pas laisser sa couleur de peau diriger sa carrière qui a fait de lui un incontournable du rock.

Cet amour de la musique lui est venu dès son enfance avec des parents qui étaient des choristes pendant l’office dans une petite église du Missouri. C’est d’ailleurs avec sa guitare qu’il a arrondi ses fins de mois alors qu’il n’était alors qu’un jeune coiffeur.

Un homme inspirant

Chuck Berry a inspiré plus des générations d’artistes et de musiciens. Il a laissé une telle empreinte avec Maybellene en 1955 ou Johnny B. Goode en 1958, que les hommages dans le monde de la musique ont été nombreuses. De Lenny Kravitz à Mick Jagger en passant par Ringo Starr, beaucoup ont multiplié les messages de soutien et d’amour face à la disparition d’un grand rocker.

L’une des particularités de Chuck Berry, qui a marqué les musiciens, est de pouvoir se produire en concert où qu’il soit et cela en choisissant et recrutant le jour même ou à la dernière minute des musiciens pour l’accompagner.

Un album pour ses 90 ans

Lors de la célébration de ses 90 ans en octobre 2016, il avait annoncé la sortie d’un album studio qu’il avait sobrement intitulé « Chuck », 40 ans après le dernier qu’il avait sorti. Il devait sortir cette année. D’ailleurs, une chanson inédite, « Big Boys » a été dévoilée par sa maison de disques, Dualtone Records, quatre jours après sa disparition. L’album sera en vente le 16 juin prochain.

Saint-Louis : sa ville

Chuck Berry a investi dans le Missouri. Il avait acheté un restaurant à Wentzville et à Saint-Louis, ville qui l’a vu naître. Après l’an 2000, il se produisait au Blueberry Hill, un restaurant de Saint-Louis, toujours, un mercredi par mois. Il a été enterré dans sa ville natale, le 09 avril 2017 dernier, soit trois semaines après son décès : ses funérailles ont eu lieu à la salle de concert The Pageant, et sa légende est à jamais gravée sur sa plaque funéraire.

Débuter le rock avec une guitare à trois cordes et un ampli

9 juin 2016 | Decouvertes | Permalink

Quand on aime le rock et que l’on voudrait se lancer en tant que musicien, même si c’est pour le plaisir, la guitare électrique reste l’instrument le plus simple à prendre en main. Encore plus si celui-ci n’a que trois cordes !

Un instrument idéal pour débuter

diskinQuand on n’est pas un habitué des instruments et de la musique du côté joueur, il n’est pas simple d’apprendre. On peut aimer le rock et être mélomane, mais se lancer directement à la batterie ou à la basse n’est clairement pas une bonne idée. La guitare semble être bien plus appropriée pour cela. Pour ceux qui pensent que ça reste compliqué, l’australien Brian Dyskin a trouvé la solution parfaite, la guitare électrique à trois cordes.

Alors qu’une guitare électrique classique possède 6 cordes, celle-ci n’en possède que 3, accordées en accord de quinte pour éviter les fausses-notes et faciliter l’apprentissage pour tous ceux qui peinent avec une guitare normale. Les principaux utilisateurs devraient être clairement les débutants et surtout les enfants. Elle répond au nom de « Dyskin Guitars RalBar ».

Il faut aussi un bon ampli pour débuter

Bien sûr, une guitare électrique n’est pas une guitare sèche (celle que Renaud utilise dans son dernier album par exemple) et donc, pour bien débuter, il va falloir aussi s’armer d’un ampli de guitare pour amplifier le son émis. Reste à savoir de quelle puissance et de quel type, car il est inutile de se jeter les yeux fermés sur le premier que l’on voit. Bien sûr, le musicien qui veut débuter et qui possède une bourse très extensible peut aisément regarder du côté des amplis haut-de-gamme, pour les autres, les amplis à transistors représentent le meilleur choix.

D’un excellent rapport qualité/prix, ces amplis sont la solution la moins coûteuse pour tous les débutants. Bien sûr, il ne faudra pas s’attendre à un son avec autant de caractère qu’un ampli à lampes, mais pour débuter, cela est tout à fait satisfaisant. Ensuite, nous vous conseillons d’opter pour une formule combo, c’est à dire que l’ampli est intégré au caisson où se trouve le haut-parleur. Les versions séparées sont certes mieux si on veut changer l’un ou l’autre à l’avenir, mais coûtent plus chères et sont plus volumineuses, pour un débutant, ce n’est pas l’idéal.

Vous voici donc paré si vous souhaitez débuter dans le rock avec une guitare électrique très simple à jouer et un ampli avec un bon rapport qualité/prix.  A vous de jouer maintenant ! 

Comment les stars du rock élèvent-ils leurs enfants ?

28 mai 2016 | Happy hour | Permalink

enfant rockstar

Être parents tout en étant des stars du rock ! Voilà un véritable sujet polémique chez les fans quant aux façons d’élever les enfants : le choix des écoles, la vie de « fille ou fils » de rock star ou encore le fait d’être maman rock’n’roll.

Une éducation pas si différente

Il est vrai que les enfants de rockstars n’ont pas toujours la même vie sociale que la plupart des enfants. Toutefois, ils bénéficient de la même éducation, on leur enseigne généralement les mêmes valeurs que celles transmises dans n’importe quelle famille, et on leur apprend exactement ce qu’on apprend sur les bancs des écoles ordinaires.

Le choix des écoles

Tout le monde imagine sans doute que les enfants de rock star vont dans des écoles pas comme les autres où les enfants comme les filles du président Obama vont, telles que Harvard-Westlake en Californie, Sidwell Friends School ou encore The Willows Community School. Mais ce n’est pas toujours le cas ! Contrairement à ce que les gens pensent, les enfants de rocks stars vont dans les mêmes écoles que n’importe quel enfant ordinaire.

Alexandria Zahra Lexi Jones

Comme la fille de David Bowie, Alexandria Zahra Lexi Jones par exemple. A 11 ans, elle a étudié dans une école modeste dans le quartier de Soho. Mais à la différence des autres enfants, des célébrités l’attendent à la sortie de l’école. Et comme tous les enfants de son âge, ses parents l’emmènent gouter après l’école, puis elle fait ses devoirs à la maison avec l’aide de ses parents mais non pas dans une limousine ou dans un jet privé comme on veuille bien le croire.

Fils ou fille de Rock star

Être fille ou fils d’une rockstar, c’est hériter d’une certaine célébrité dès la naissance. Même avec une enfance des plus discrètes, loin des lumières et des feux de projecteurs, la plupart des enfants nés de parents « stars du rock » semblent suivre leur voie. Ils ont la même allure, poursuivent la même carrière musicale, partagent la même passion, etc.

Chelsea Tyler

C’est par exemple le cas de Chelsea Tyler, la fille de Steven Tyler du groupe de rock Aerosmith. Déjà, sa ressemblance frappante avec son père attire beaucoup les flashs des paparazzis. Elle a d’ailleurs gravi rapidement les échelons en posant pour une collection saveur Rock’n’roll signée Andy Hilfiger, puis en enchaînant dans les Photoshoots tout en cultivant sa passion dans la musique avec son groupe Bad Bad.

Une maman « star du rock »

Le fait d’être mère n’arrête pas pour autant la carrière de nos rockstars. En effet, comme toutes autres femmes, les mamans rock’n’roll se comportent de la même façon que les autres mères quand elles donnent naissance comme le fait remarquer le site Mpedia.fr. La plupart se révèlent être de véritables femmes accomplies puisqu’elles se consacrent entièrement à leurs enfants et ne craignent pas de se monter en public, que ce soit pendant la grossesse ou après l’accouchement.

pink

C’est le cas de la rock star Pink par exemple. Elle a décidé d’arrêter temporairement sa carrière musicale en 2011 pour se consacrer à sa grossesse, puis à son rôle de mère à plein temps avec sa petite Willow Sage. En 2012, elle a fait un retour en force sur la scène musicale avec son nouvel album « The Truth About Love » et on peut dire qu’elle n’a rien perdu de son talent de rockeuse affirmée.

Certaines prennent même du plaisir à sortir en grand apparat accompagnées de leurs enfants afin de prouver au monde entier qu’elles en sont fières et qu’elles passent tout leur temps avec eux, d’autres iront jusqu’à « utiliser » leurs enfants pour faire le buzz et faire redécoller leur carrière artistique.

Où et comment dormir quand on va en concert de rock ?

24 mars 2016 | Concerts | Permalink

Faire un voyage pour voir un concert de rock fait partie du rite et ajoute plus de mordant à l’aventure pour les grands fans. Certains suivent même les artistes dans leurs tournées pour s’imprégner de l’âme de la musique et se faire des souvenirs inoubliables.

concert de rock

Apprécier un concert en toute sérénité

Nous avons tendance à penser que les rockers sont tous des brutes épaisses dénuées de toute notion de responsabilité. Et pourtant, il faut savoir que beaucoup de fans de rock sont des personnes responsables, beaucoup sont déjà parents. Ils doivent alors organiser leur projet d’aller à un concert de rock à la précision pour qu’ils puissent profiter pleinement de cet instant qui leur est cher.

Mais les organisateurs eux-mêmes pensent souvent à leur public et mettent en place des infrastructures très pratiques afin d’attirer le plus grand nombre. Pour les grands festivals de rock par exemple, les organisateurs collaborent avec les responsables locaux sur l’hébergement des spectateurs et le transport pour leur permettre de se soulager des aléas des détails.

Généralement, ce genre d’organisation est inclus dans les tarifs des billets d’entrée pour le concert. Ce pack de services est alors intéressant pour les deux parties car non seulement c’est pratique pour les spectateurs mais cela booste l’économie locale. Pour les spectateurs et les invités, ça leur permet de rester dans le confort et apprécier pleinement le séjour.

Le tout, c’est de réserver à l’avance et arranger son agenda. Les réservations peuvent même se faire des mois à l’avance et un large choix sur l’hébergement et le type de transport est disponible selon l’endroit. Cela peut varier d’un hôtel à 4 étoiles à une chambre dans un motel. Chacun son trip, chacun son feeling.

Voyager à l’instinct dans l’âme du rock

Pour ceux qui ont le rock dans le sang et aiment faire partie intégrante du concert, nombreux sont ceux qui optent pour le camping et les nuits à la belle étoile. Il suffit d’avoir le ticket d’entrée, faire ses bagages et c’est parti pour l’aventure. Pour eux le concert de rock et les fêtes commencent dès lors qu’ils prennent la route. Faire le trajet en bus ou en stop est très fréquent, certains choisissent les trains pour arriver plus vite et passer plus de temps sur les lieux.

camping car

D’autres partent entre amis par le moyen d’un camping-car et ou autres véhicules, s’installent sur des emplacements qui ont déjà été prévus à cet effet. Il ne leur restera plus qu’à déballer la tente, se hisser dans leurs sacs de couchage ou se caler quelque part sur un bon matelas, et voilà le travail. L’avantage de passer la nuit à la belle étoile, c’est de ressentir la sensation de liberté, de pouvoir faire les choses comme on le souhaite et organiser son programme selon l’instinct. Certains n’hésiteront pas non plus à passer une nuit blanche en attendant.

Léon Francioli s’est éteint à l’âge de 69 ans des suites d’un cancer

18 mars 2016 | Culture | Permalink

Le cancer n’en finit pas avec les célébrités. En effet, le célèbre musicien, originaire de Lausanne en Suisse, Léon Francioli, a rendu l’âme suite à cette maladie. Il était connu à travers le monde de la musique par sa polyvalence et son talent d’improvisateur.

Une icône s’est éteinte

leon-francioliC’est mercredi dernier, à l’âge de 69 ans que, Léon Francioli, le contrebassiste, est décédé du cancer. Il était très connu du milieu du jazz. C’est le site de « 24 Heures » qui a été le premier à annoncer la mauvaise nouvelle. Elle a ensuite été confirmée le soir même à l’ats par Jean-Marc Blanc qui était membre du groupe rock « Les Aiglons ».

C’est au début de sa carrière, à la suite de ses études au conservatoire de Lausanne que Léon Francioli avait rejoint ce groupe. Il était dans la composition des titres et grattait les cordes de guitare lors des représentations du groupe, dont il est d’ailleurs membre fondateur depuis les années 1960. Jean-Marc Blanc témoigne d’ailleurs du poids que représentait Léon Francioli pour leur formation : « On avait étroitement travaillé ensemble, notamment sur notre tube ‘Stalactit’ ».

Par ailleurs, Léon Francioli a aussi intégré d’autres formations et collaboré avec d’autres artistes au cours de sa carrière. Il a en effet enregistré son premier album en 1970 avec Pierre Favre, un célèbre percussionniste, dont il est resté associé jusqu’aux années 1980. Talentueux, Léon Francioli a aussi facilement intégré le fameux groupe « Michel Portal Unit » en 1971, après que Michel Portal ait fait appel à lui.

Un Improvisateur polyvalent

Son talent et surtout sa polyvalence lui ont valu son succès international. En même temps contrebassiste, pianiste, guitariste et aussi violoncelliste, Léon Francioli était considéré comme un improvisateur très inspiré, avec des compositions originales qui ont traversé l’Atlantique. Le groupe BBFC a été créé par lui en collaboration avec Olivier Clerc (percussionniste), Jean-François Bovard (tromboniste) et Daniel Bourquin (anches). Groupe réputé du free-jazz, ils ont joué dans de nombreux spectacles à travers des concerts et des festivals partout dans le monde.

Léon Francioli a aussi travaillé pour des compagnies de danse et composait des musiques de films. Le plus célèbre est « Les petites fugues » d’Yves Yersin. Il a aussi joué depuis les années 1991 à travers de nombreuses collaborations, avec d’autres artistes dans beaucoup de concerts et de spectacles. Il en est ainsi de « une saison en enfer », « Border Line », « Amnésie Internationale », « Le Cirque », « Délices des Jardins », etc. Il a été récompensé du Grand Prix vaudois de la fondation pour la culture en 1995, année qui a été marquée par le fameux duo Francioli-Bourquin. C’est d’ailleurs à travers cette collaboration que le projet « Amnésie internationale 2 » a été réalisé, ainsi que « Nouveaux monstres ». Léon Francioli a aussi collaboré avec le chanteur Stéphane Blok, avec qui il a enregistré plusieurs albums.

Led zeppelin : un groupe mythique

2 février 2016 | Culture | Permalink

Tous les adeptes de rock qui se respectent auront entendu au moins une fois dans leur vie parler du groupe de rock anglais mythique Led zeppelin. Et pour ceux qui ne le savent pas encore, le groupe fait partie de l’une des plus grandes références dans l’univers et dans toute l’histoire du heavy metal.

Un groupe à l’origine du rock moderne

Jimmy Page

Fondé en 1968 à Londres par Jimmy Page, le groupe Led zeppelin a fait sensation depuis sa création jusqu’en 1980, l’année de la mort de son irrésistible batteur. Si vous pensiez que le rock moderne a commencé avec les Beatles, sachez que vous êtes dans l’erreur la plus totale ! C’est Led zeppelin qui a initié le monde du rock à ce genre de musique. Le premier morceau du groupe fut l’incontournable « Good Times Bad Times » qui a fait un tapage à sa sortie.

Les membres du groupe

Le groupe légendaire est composé de plusieurs membres dont le fondateur Jimmy Page à la guitare surnommé Pagey ; Robert Plant au micro avec une voix pouvant atteindre des registres suraigües à la limite de la rupture surnommé Percy; John Paul Jones polyvalent à la basse et au clavier surnommé Jonesy ; John Bonham impitoyable à la batterie surnommé Bonzo. Tout ce petit monde a été managé par l’intraitable Peter Grant, qui a également contribué au succès commercial du groupe.

Une particularité inégalable

led zepplin en concert

Si le groupe Led zeppelin fait très souvent l’objet d’imitations dans le monde musical, il est très rarement sinon jamais égalé. En effet, le groupe se démarque par une empreinte de blues des années 50, de folk, de riffs dévastateurs, d’un jeu de batterie phénoménal, d’un talent virtuose du bassiste et d’un chant extrêmement agressif. Mais les prestations spectaculaires sur scène qui sont devenues légendaires au fil des concerts ont également bâti la réputation du groupe.

Les titres ayant alimenté le mythe

Le mythe de Led zeppelin ne s’est pas fait tout seul. Il a été alimenté par plusieurs titres reconnus dans le monde tels que « Stairway to Heaven », « Rock and Roll », « Black Dog », « When the Levee Breaks », « Houses of the Holy »…

Les drames dans le groupe

En 1975, Robert Plant et sa famille a été victime d’un grave accident de voiture en Grèce, à la suite duquel le chanteur a bien failli ne plus pouvoir remarcher. Il a dû ensuite affronter un autre drame qui l’a laissé déprimé pendant une longue période, la mort de son fils.

Le 24 septembre 1980, le batteur Bonzo est retrouvé mort après une soirée trop bien arrosée (quarante shooters de vodka absorbés en quatre heures).

Les stars qui craquent pour leurs nounous

28 janvier 2016 | Happy hour | Permalink

On peut être célèbre, mais pas forcément de marbre. Les personnalités marquantes du show business à avoir connu une idylle avec leur nounou sont légion. Certains nient, d’autres au contraire prennent les devants et avouent.

Moi ? Jamais de la vie !

ben affleck et christine ouzamian

Le premier réflexe des certaines stars accusées de concubinage est de nier. Ben Affleck est la dernière star en date à avoir eu une liaison avec la nourrice de ses enfants Christine Ouzamian. Cette dernière est devenue au printemps dernier la nounou des enfants de Ben Affleck et de Jennifer Gardner. Son aventure avec lui aurait été la cause du divorce de ce dernier d’avec sa femme. Ce qu’il nie.

Le mannequin allemand Heidi Klum a quant à elle succombé aux charmes de son garde du corps Martin Kirsten. Lorsque son ex-mari a dévoilé son infidélité, elle n’a jamais voulu l’admettre. Toujours est-il qu’elle s’est finalement mise en ménage avec son garde du corps. Elle prétend avoir attendu d’être séparée avant de décider de vivre avec le nouvel homme de sa vie.

Oui, j’ai fauté

D’autres stars ont préféré avouer leur infidélité. Est-ce pour devancer les potins? Nul ne le saura vraiment. C’est le cas d’Arnold Schwarzenegger qui a défrayé la chronique en 2011 lorsqu’il a avoué en public qu’il avait eu un enfant, fruit de ses amours ancillaires avec Mildred Baena, une femme de menage. Cela aurait été la cause de son divorce d’avec la démocrate Maria Shriver avec qui il avait été marié pendant 25 ans.

Ethan Hawke

Un autre a également avoué qu’il avait une liaison. C’est Ethan Hawke. Il avait déjà eu une aventure avec un mannequin auparavant, mais c’est en 2005 qu’il fait vraiment les choses en grand. Il ne trouve rien de mieux que de déclarer sur le plateau d’Oprah Winfrey qu’il trompe sa femme Uma Thurman avec Ryan Shawhughes qui était la nounou de sa progéniture. Devant l’évidence, Uma Thurman n’a d’autre ressource que de divorcer. Depuis, il file le parfait amour avec Ryan Shawhughes avec qui il a eu deux filles.

La star des stars

La star la plus célèbre restera toujours Bill Clinton qui a eu une liaison avec une stagiaire de la Maison Blanche du nom de Monica Lewinsky. Il nie d’abord puis fait un acte de contrition qui apparemment est convaincant vu que depuis cette anecdote, il est le plus fervent fan de sa femme Hilary qui se présente aux prochaines élections présidentielles américaines.

Les concerts 2016 à ne pas manquer

25 janvier 2016 | Concerts | Permalink

Il n’y a plus que quelques jours et l’année 2015 sera terminée ! Pour 2016, plusieurs concerts sont prévus, des concerts à ne rater sous aucun prétexte. Voici donc pour vous, passionnés de musique, les évènements incontournables attendus pour la nouvelle année qui s’annonce. Alors, tous à vos agendas !

Francis Cabrel au Palais des Sports à Paris

francis cabrel en concert

Pour les fans du chanteur populaire de « Je l’aime à mourir », ou de « Petite Marie », les dates à marquer dans votre calendrier 2016 seront le mardi 2 février et le samedi 6 février. Absent de la scène depuis 2009, le retour du barde Francis Cabrel commencera en 2015 et continuera encore en 2016 pour la plus grande joie de son public.

Adèle passera par la Capitale

Après quelques années d’absence, Adèle renouera avec son public en 2016. Impatients de revoir leur idole, les fans de la diva la reverront en live lors de ses passages prévus à Paris l’année prochaine. Tenez-vous bien, les dates à ne surtout pas manquer seront les 9 et 10 juin 2016. La place de rendez-vous ? L’AccorHotels Arena de Paris. La chanteuse se produira encore dans la plus phénoménale des magies à Bercy. A ne rater sous aucun prétexte !

Rihanna au Stade de France

Pour la présentation de son nouvel album intitulé Anti, la belle Rihanna sillonnera toute l’Europe. En France, les concerts sont confirmés pour la date très attendue du 30 juillet 2016. Le Stade de France promet alors de s’enflammer avec la très sexy méga star mondiale, une rencontre avec les fans qui s’annonce plus qu’explosive !

David Guetta à Paris Bercy

david guetta

Si vous aussi vous êtes électrisé par le sensationnel David Guetta, ne ratez surtout pas son concert au nouveau Bercy qui se tiendra le 27 janvier prochain. Et encore mieux, il se produira également dans un grand concert gratuit, (s’il vous plaît !) au pied de la Tour Eiffel le 9 juin 2016, en l’honneur de l’ouverture de l’Euro 2016 !

Ellie Goulding au Zénith

Ellie Goulding, la célèbre chanteuse de « Burn » se produira au Zénith de Paris le 25 février prochain. Son public sera certainement ravi de reprendre en chœur avec elle ses chansons qui ont fait le buzz comme « Love me like you do », ou encore « How long will I love you »…

Lara Fabian au Palais des Congrès

Lara Fabien fait son come back musical et se produira en concert le 3 juin 2016 au Palais des Congrès. La star de 45 ans, après avoir été victime d’un traumatisme auditif, promet de grandes retrouvailles avec son public, muni de son nouvel album « Ma vie dans la tienne ». Sa tournée commencera le 16 mars 2016.

Emmanuel Moire au Théâtre du Châtelet

Emmanuel Moire

Le célèbre interprète de la comédie musicale Le Roi Soleil retrouvera ses fans au Théâtre du Châtelet, les 3 et 4 mai prochain. A rappeler que le chanteur Emmanuel Moire est en tournée 2016 à Paris et également dans toute la France.

A découvrir : l’abeille, l’enfant et la fleur magique

16 janvier 2016 | Decouvertes | Permalink

S’il est un spectacle à voir absolument en ce moment, c’est « l’abeille, l’enfant et la fleur magique ».

Faites plaisir à vos enfants

abeille

Depuis le « Petit Prince » de Saint Exupéry, on n’aura probablement jamais eu l’occasion de voir une histoire aussi émouvante qui peut intéresser à la fois les enfants et leurs parents. Si vous voulez vraiment passer un moment agréable en famille, allez donc le passer à la Comédie des 3 bornes, une accueillante salle de spectacles située dans le onzième arrondissement de Paris. « L’abeille, l’enfant et la fleur magique », une œuvre d’Erwan Téréné ne vous décevra pas.

Un scénario simple et dynamique

L’histoire pourrait se résumer en quelques mots : c’est la rencontre entre deux personnages qui n’ont aucun point commun et des motivations absolument différentes. D’un côté nous avons une abeille complètement azimutée qui va à la recherche du nectar en plein désert. De l’autre, un enfant que l’on pourrait définir comme l’expression même de la candeur qui elle, cherche à fuir sa maman, croyant que sa mère ne l’aime pas. Ils vont alors connaître une aventure des plus extraordinaires au cœur du désert où la fleur ancestrale qui n’est pas là pour nourrir les abeilles mais est venue à leur rencontre va s’ingénier à réaliser tous leurs vœux.

Au-delà de la réalisation des vœux des deux zigotos, le but du spectacle est de donner un aperçu différent de l’abeille et d’apporter une note d’optimisme dans un monde à la recherche de repères. Livrés à eux même, les deux personnages vont finir par se lier d’amitié. Ils n’auraient jamais pensé arriver à ce stade, mais ils y sont venus sans trop le vouloir. Ils se mettent alors à se découvrir, à se chamailler un peu et connaitre les joies de la réconciliation. Ils deviennent alors de plus en plus solidaires et responsables l’un de l’autre devant le danger.

L’abeille,l’enfant et la fleur magique : Une belle leçon d’audiovisuel

Le jeu des acteurs est si bien peaufiné que l’on se prend à tomber sous le charme de l’abeille fofolle et de son nouvel ami Léo. La mise en scène est pleine d’allant et les deux acteurs vivent leur rôle en osmose. On sent chez eux une complicité de tous les instants qu’ils partagent naturellement avec nous. Leur passion est si communicative que nous nous surprenons à les suivre naturellement dans le développement de leur philosophie sur l’amour, l’amitié, et l’écologie. Chose que les enfants appréhendent d’instinct, parce qu’ils appartiennent à une catégorie rare qui sait réagir spontanément.